Aller au contenu

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 2020-03-05 dans toutes les zones

  1. 4 points
    On a tous vu passer la photo ci-haut en début de saison et je ne pensais pas devoir élaborer sur le sujet, mais les événements récents dont vous êtes tous au courant déjà m’interpellent à le faire. Donc dans cette période d’isolement sociale, voici une petite explication sur une des multiples raisons qu’il ne faut pas circuler en 4x4 sur les chemins partagés avec les motoneiges. Je parle de partage parce que dans certains cas les chemins empruntés par les motoneiges, comme les quads l’été, sont des chemins multiusages. Sur les chemins multiusages tous ont le droit d’y circuler en autant que c’est fait d’une façon sécuritaire. Contrairement aux chemins partages avec les quads l’été, l’utilisation des chemins multiusages par des 4X4 l’hiver peuvent causer des dommages a ceux-ci qui peuvent rendre leur utilisation par les autres utilisateurs dangereux. Une motoneige exerce une pression au sol d’environs ½ livres par pouces carré (PSI). Un pneu de 4X4 exerce une pression au sol équivalente a sa pression de gonflement. Donc on comprend bien que gonflé a 25 – 35 PSI, un pneu de 4X4 va exercer une pression beaucoup plus grande qu’une motoneige sur la surface du chemin. Même dégonflé a 2 PSI, on parle de 4 fois la pression au sol comparé à une motoneige. Le risque de défoncer la surface est donc très grand. On peut comprendre qu’une fois défoncée, la surface devient plus faible. Il devient donc quasiment inévitable qu’un 4X4 qui défonce la surface laisse une lisière dans celle-ci en effectuant sa récupération. Plus tard, quand un motoneigiste empruntera ce chemin, il devient possible que le ski de sa motoneige tombe dans cette lisière. Les conséquences à ce moment-là vont dépendre de la vitesse a laquelle cette situation est survenue. On peut parler d’un simple enlisement, de bris mécanique ou même de blessures corporelles au conducteur. Le tout peut rapidement devenir une situation de survie, considérant le climat et l’éloignement. Il est donc urgent qu’après tout bris de la surface les équipes bénévoles des clubs de motoneiges doivent réparer la surface pour assurer la sécurité des utilisateurs. Donc pour éviter de mettre la vie des autres utilisateurs en danger, pour éviter le gaspillage de temps bénévole et pour assurer une cohabitation harmonieuse avec les autres utilisateurs des secteurs, je vous redemande de NE PAS CIRCULER DANS LES SENTIERS MOTONEIGES! Sandy Pyke Président et Directeur Réseau Fédération des Clubs 4X4 du Québec
  2. 1 point

    © Jeep Overland Adventures

×
×
  • Créer...